Les solutions digitales pour le commerce indépendant de proximité

solutions digitales pour commerce de proximite

A l’ère de la digitalisation, les outils « online » pour faciliter l’achat, la communication ou encore l’accès à l’information sont de plus en plus présents et performants. Qu’il s’agisse de créer du trafic en magasin ou de vendre en ligne, les solutions web se multiplient pour les commerçants indépendants.
Ces solutions viennent parfois compléter des dispositifs Offline traditionnels : affichage, mailing, radio locale, presse locale, etc…

Le marketing local est dorénavant bouleversé par les usages mobiles et sociaux : il s’agit du concept SoLoMo (Social/Local/Mobile). Complémentaire au marketing traditionnel, l’idée est désormais de se servir de la mobilité du consommateur, de le capter aussi bien chez lui que dans la rue pour l’amener ensuite à acheter en ligne ou en boutique.

Tour d’horizons des leviers digitaux pour mettre en œuvre une stratégie SoLoMo :


– La mobilité :

Accompagnés de leur smartphone, les internautes sont de plus en plus nombreux à chercher une réponse immédiate à leurs besoins de proximité. Les géants du web que sont Google et Facebook l’ont d’ailleurs bien compris en proposant des formats publicitaires adaptés à la mobilité. En parallèle de applications géolocalisées se multiplient et favorisent le développement du Web-to-store. Des solutions comme Next2u, Sweepin, Comercea, The Must, Mywits, permettent de concilier numérique et commerce de proximité en incitant les utilisateurs à commander en ligne ou à venir en magasin (Clic & collect) et les passants à venir ou à renter à l’intérieur des boutiques (technologies de géolocalisation, offres « Flash », carte de fidélité, …).

D’autres applications mobiles vont avoir comme objectifs d’indiquer les endroits géographiquement proches des détenteurs de l’application qui sont recommandés par la communauté et/ou dans lesquels il y a des bons plans et réductions. C’est le cas des applis Groupon, TripAdvisor, Yelp, Plyce, Optimiam. 

– La publicité :

Avec la progression du mobile, de nombreux dispositifs publicitaires se développent. Google et Facebook proposent des solutions très pointues de marketing géolocalisé (Social Media Advertising). Grâce aux options de ciblage de Facebook Ads, l’annonceur peut cibler le trafic aux alentours de sa boutique et se rapprocher également des personnes ayant des affinités avec son activité.

Le web offre d’autres formats publicitaires à exploiter au niveau local. L’émergence de nouveaux modes d’achat d’espaces publicitaires programmatiques RTB (Real Time Bidding) permet une communication online massive avec un ciblage et une couverture digitale qui peuvent convenir pour un commerce local.

Une solution comme Vectaury (ex AdNow) exploite le potentiel des smartphones en affichant des publicités très ciblées issues du croisement des données de déplacement, des données de navigation internet et des données de consommation. La solution ARMIS.TECH mise également sur la géolocalisation, la programmatique et le big data pour proposer des campagnes publicitaires locales.

Emerger sur des zones relativement petites (la zone de chalandise d’un commerce de proximité est restreinte) est compliqué lorsqu’il s’agit de mettre en place un plan de communication digitale locale. Cette capacité de couverture est donc essentielle pour le commerce de proximité.

– Les réseaux sociaux :

Toujours d’après l’étude Oxatis-KPMG (Le profil du e-commerçant, 2016), « 83% des sites e-Commerce utilisent les réseaux sociaux dans un but professionnel, avec près de la totalité sur Facebook (92%), loin devant Google+ et Twitter (27%) ».

Ils permettent de mettre en avant des actualités personnalisées, des réductions exclusives (coupons, offres limitées dans le temps, points à cumuler, etc.

Facebook reste actuellement le levier social principal pour diffuser une information ou une promotion très rapidement et ainsi atteindre un très grand nombre de personnes (généralement locales) grâce aux partages. 

– Les places de marché :

Les plateformes du type Marketplace sont en progression en France.  29% des e-commerçants vendent sur les places de marché (26% en 2014) dont 86% vendent sous leur propre marque / enseigne (Etude Oxatis – KPMG, 2016). L’idée des places de marché et de centraliser, en un seul espace, les commerçants, producteurs, artisans, de créer une véritable audience groupée et de développer des synergies commerciales. Cela répond aux attentes des clients qui recherchent une offre produits, prix et services plus complète et centralisée. Ils disposent ainsi d’un service « local » qui leur permet de découvrir les magasins et services de proximité qui se trouvent à coté ou en bas de chez eux. Coté commerçants, ce dispositif a l’énorme avantage de limiter les investissements. Ils peuvent ainsi acquérir une meilleure visibilité de leurs produits et services tout en augmentant le trafic dans leurs magasins

Plusieurs solutions ont fleuri ces derniers mois : Toutacote.Fr, Proxi-me.fr, Petitscommerces.fr, Tootici.fr, app-digithalles.com
En parallèle, des initiatives locales ont également vu le jour, pilotées directement par les acteurs locaux (associations de commerçants, communes ou collectivités locales, CCI) : aizyshop.fr, versailles-commerces.info, toutlepaysdelachatre.com, achetezsurliledenoirmoutier.fr

Ces places de marché de proximité présentent l’avantage de réunir tous les commerçants et les artisans d’une seule ville (ou communauté de commune) au sein d’un même site et ainsi de valoriser la relation de proximité entre les commerces, artisans, prestataires de services.
Ces sites proposent même parfois la vente en ligne (un seul panier, une seule commande, un seul paiement) avec récupération du panier en magasin (clic & collect).

– Les outils CRM :

Partant du principe que l’attachement qu’un client a pour son magasin de proximité est plus important que pour une grande enseigne, l’enrichissement des activités CRM d’un commerçant est essentiel notamment en termes d’acquisition et de fidélisation.
Des applications comme Funfid ou Adelya permettent aux commerçants d’agir sur la fidélisation de leur clientèle en construisant une base client et en l’animant via des actualités et des offres envoyées par mail. Les principaux avantages de ce type de plateforme sont leur coût (abonnement mensuel) et leur simplicité d’utilisation. Plus besoin pour le commerçant de s’équiper de plusieurs logiciels (outils CRM, outil routage d’email, outils de reporting), parfois laborieux à installer et de suivre une formation compliquée.

– Un site internet dédié et bien référencé :

Il s’agit là pour le commerçant de développer seul son activité digitale à travers le développement de son propre site internet vitrine et/ou site e-commerce. Au-delà de sa qualité esthétique, ergonomique, rédactionnelle, le site doit être optimisé pour les recherches locales afin de générer un maximum de visites.

Une présence s’impose alors sur Google via une stratégie de référencement naturel géolocalisé (optimisation onsite, netlinking, référencement local via Google My Business, etc). C’est là que réside la complexité pour un commerçant indépendant : obtenir, seul, une visibilité importante sur des requêtes de proximité.
Pour accompagner les commerçants qui n’ont ni les compétences, ni le temps de développer leur présence numérique, des agences spécialisées en marketing digital local se sont créées : EffilocalWithapps, Digital Local
Elles accompagnent les commerçants, les artisans, les professions libérales et réseaux d’enseignes afin de les aider à bâtir leur vitrine digitale et leur visibilité locale.

De son côté, l’état a lancé un programme « Transition numérique » pour aider les TPE/PME à s’approprier les nouveaux usages numériques. La CCI propose des ateliers de sensibilisation aux enjeux du marketing digital à destination des commerçants non-initiés. Elle aide à perfectionner ceux qui ont déjà une présence online. Par exemple, le programme « La Route du Web » initié par la CCI Nantes et à l’attention des professionnels du commerce, propose un ensemble d’actions de sensibilisation, de diagnostics et de formations.
Pour continuer sur cette thématique de la digitalisation des commerçants (phygitalisation), je vous invite à découvrir sur mon blog l’interview de Bruno Vercelli (Sentinelo) sur le Digital Retail.

 

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *